Montréal et Québec, le 25 août 2021 – Les leaders économiques, sociaux, syndicaux et environnementaux du G15+ dévoilent les Actes du Forum Le Québec que nous voulons : solidaire, prospère et vert tenu le 11 mai dernier, auquel ont participé près de 200 décideurs publics et leaders de la société civile. L’événement visait à présenter des initiatives concrètes et inspirantes donnant corps à la vision du G15+ et à ouvrir le dialogue entre des acteurs issus de milieux variés pour concrétiser une économie solidaire, prospère et verte.

Avec le coup d’envoi au Forum donné par Geneviève Morin, présidente-directrice générale de Fondaction, les participant.e.s ont eu l’occasion d’échanger, au cours de six ateliers thématiques et d’une plénière, des priorités essentielles à la transformation économique du Québec : de l’agriculture résiliente à la finance durable, en passant par l’achat local et les écoquartiers, ou encore les espaces de concertation et les modèles d’affaires innovants pour maintenir et développer des services de proximité adéquats et accessibles.

Lors de la plénière, Ghislain Picard, Chef de l’Assemblée des Premières Nations du Québec et du Labrador, a mis de l’avant l’occasion historique de créer des partenariats fructueux entre les communautés autochtones et la société québécoise. Dans leur mot de clôture conjoint, Raymond Bachand, ancien ministre du Développement économique, du Tourisme et des Finances du Québec, et Dre Claudel Pétrin-Desrosiers, présidente de l’Association québécoise des médecins pour l’environnement, ont mis l’accent sur la nécessité d’unir les générations autour d’un projet de société emballant.

Des initiatives concrètes et inspirantes

Dans le cadre de ses ateliers thématiques, le Forum a mis en lumière un ensemble d’initiatives concrètes et inspirantes au fort potentiel de déploiement dans toutes les régions du Québec pour transformer durablement notre économie. 

Chaque atelier a également permis aux acteurs issus de milieux variés de partager leurs réflexions quant aux leviers à la disposition de la société civile et les gestes politiques attendus pour déployer de telles initiatives.

  • Les présentations de l’atelier 1 ont démontré comment l’agriculture régénérative (Écoboeuf), les nouvelles technologies de culture intérieure et d’agriculture plein champ (Zone Agtech) ainsi que l’approvisionnement institutionnel (Centre hospitalier universitaire Sainte-Justine) pourraient répondre aux besoins alimentaires des Québécoises et Québécois tout en soutenant une agriculture plus durable et résiliente.
  • Les projets de l’atelier 2 – l’écoquartier d’Estimauville à Québec (Action-Habitation de Québec et Lafond Côté Architectes), la requalification du site de l’ancienne Fortissimo (Ville de Drummondville) et les exemples d’outils et de leviers réglementaires et fiscaux utilisés par les municipalités (l’Arpent, firme d’urbanisme) – offraient un aperçu des dispositions à prendre pour bâtir des écoquartiers partout et pour tous.
  • Les trois innovations financières québécoises présentées lors de l’atelier 3 – la Société de financement et d’accompagnement en performance énergétique (SOFIAC), le Fonds Économie circulaire et le Fonds Coop Accès Proprio – ont permis d’illustrer comment le monde de la finance peut accroître les retombées environnementales et sociales des projets et des innovations à fort impact positif.
  • Lors de l’atelier 4, plusieurs organismes – G15+ Capitale-Nationale, Commission des partenaires du marché du travail (CPMT), Regroupement national des conseils régionaux de l’environnement du Québec (RNCREQ), Pôle d’économie sociale de Laval, Fonds locaux de solidarité FTQ, Grand dialogue pour la transition socio-écologique et Grand Conseil de la Nation Waban-Aki – ont discuté de leur expérience en matière de concertation locale et régionale et ont mis l’accent sur l’importance de miser sur les espaces de concertation pour le développement socio-économique du Québec et d’ouvrir le dialogue entre la nation québécoise et les nations autochtones.
  • Les initiatives présentées lors de l’atelier 5 ont offert un regard concret sur les moyens de maximiser les impacts socio-économiques et environnementaux de l’achat local, de la livraison écologique de proximité (Décathlon Canada et Courant plus) à la création d’une zone d’innovation agricole (Zone Agtech) à la Ville de L’Assomption, en passant par la mise en œuvre d’un « dollar solidaire » pour soutenir les petits commerces indépendants (Regroupement des Sociétés de développement commercial de Québec).
  • Enfin, lors de l’atelier 6, la Caisse d’économie solidaire, la Coopérative nationale de l’information indépendante (CN2i) et l’entreprise Multi-Services Corporation d’aide à domicile ont exposé des modèles d’affaires innovants qui assurent un développement économique plus inclusif et résilient à travers le Québec.

Une vision moderne basée sur le dialogue social


Le Forum a permis de donner corps à la vision partagée d’un développement durable pour le Québec que les membres du G15+ promeuvent, en dialogue avec leurs partenaires.

« Notre vision s’articule autour de l’autonomie agroalimentaire du Québec, basée sur une agriculture de proximité et la mise en marché directe des aliments, ainsi que le développement et l’intégration de pratiques agricoles durables. » – Colleen Thorpe, directrice générale d’Équiterre

« Nous voulons bâtir des collectivités viables composées de milieux de vie durables et inclusifs, qui s’appuient sur des écoquartiers partout et pour tous, la protection du patrimoine bâti et la vitalité culturelle des cœurs et de villages pour assurer une prospérité économique de nos régions. » – Christian Savard, directeur général de Vivre en Ville

« La finance a un rôle essentiel à jouer dans la transformation de l’économie. Nous souhaitons faire advenir une finance qui amplifie des retombées positives autant pour la société que pour l’environnement grâce à de nouvelles formes de modèles d’affaires et partenariats financiers innovants et performants. » – Geneviève Morin, présidente-directrice générale de Fondaction

« Il faut placer la concertation au cœur du développement d’une économie inclusive, participative et consensuelle, où les spécificités locales et régionales guident les décisions et où la transition juste vers une économie sobre en carbone et résiliente y joue un rôle central. » – Denis Bolduc, secrétaire général de la Fédération des travailleuses et travailleurs du Québec

« Nous souhaitons maximiser les impacts socio-économiques et environnementaux de l’achat local pour générer de bons emplois, vitaliser nos territoires, améliorer la cohésion sociale et réduire l’empreinte humaine sur la nature. » – Karl Blackburn, président et chef de la direction du Conseil du patronat du Québec

« Il faut regrouper les forces vives de la société québécoise au service du déploiement de modèles d’affaires et projets collectifs innovants, économiquement viables, structurants pour la prospérité des communautés et bénéfiques aux plans social et environnemental. » – Béatrice Alain, directrice générale du Chantier de l’économie sociale

Au cours des prochains mois, le G15+ poursuivra sa démarche rassembleuse pour faire grandir le mouvement, notamment grâce à la participation à des consultations publiques et à des rencontres avec de nombreux décideurs publics et l’organisation d’événements thématiques. Ses membres invitent toutes les parties prenantes à suivre les prochaines publications et événements du collectif.

 

Pour consulter les Actes du Forum, incluant les propositions du G15+, les initiatives inspirantes présentées et les réflexions des parties prenantes sur les leviers à la disposition de la société civile et les gestes politiques attendus, ou pour visionner la plénière et les allocutions de clôture : https://www.g15plus.quebec/forum/ 

Le Forum présenté par Fondaction a été rendu possible grâce à l’appui du Regroupement national des conseils régionaux de l’environnement (RNCREQ), de la Fondation familiale Trottier et de la Caisse d’économie solidaire.

 

-30-

À propos du G15+

Le collectif G15+ est composé de leaders économiques, syndicaux, sociaux et environnementaux du Québec. Créé en mars 2020 en réponse à l’appel lancé par le premier ministre Legault pour réfléchir à la façon dont le Québec pourra sortir plus fort et plus uni de cette crise sans précédent, le G15+ s’est mobilisé dans un élan inédit pour appuyer les efforts de relance de l’économie québécoise. Le groupe a répondu à l’appel à la relance du gouvernement du Québec en lui transmettant une série de propositions visant à soutenir les entreprises et les travailleuses et travailleurs, ainsi que leurs communautés, sur la base des grands objectifs sociaux, économiques et environnementaux qui font largement consensus au Québec. Il offre au gouvernement du Québec d’approfondir ce dialogue ensemble. 

 

Les membres du G15+ 

Conseil du patronat du Québec, Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec, Fondation David Suzuki, Chantier de l’économie sociale, Vivre en Ville, Propulsion Québec, Ordre des urbanistes du Québec, Écotech Québec, Équiterre, Fondaction, Association des Groupes de Ressources Techniques du Québec, Coalition des organismes communautaires pour le développement de la main-d’œuvre, Institut du Québec, Regroupement national des conseils régionaux de l’environnement, Fédération des chambres de commerce du Québec, COPTICOM Stratégies et Relations publiques, Annie Chaloux, professeure à l’École de politique appliquée de l’Université de Sherbrooke et François Delorme, économiste et chargé de cours en économie de l’environnement à l’École de gestion de l’Université de Sherbrooke.