FORUM

LE QUÉBEC QUE NOUS VOULONS

SOLIDAIRE, PROSPÈRE ET VERT

présenté par

Les leaders économiques, sociaux, syndicaux et environnementaux du G15+ sont fiers de dévoiler la programmation complète du Forum Le Québec que nous voulons : solidaire, prospère et vert du 11 mai prochain, de 8h45 à 12h, visant à donner corps à une relance économique inspirante en traçant les contours de sa mise en œuvre.

Cet espace d’échanges réunira quelque 200 décideurs publics et leaders de la société civile autour de six ateliers thématiques, allant de l’agriculture résiliente à la finance durable, en passant par l’achat local et les écoquartiers ou encore les espaces de concertation et pratiques innovants et adaptés aux besoins des communautés.

Le forum a l’objectif d’identifier les accélérateurs de cette transformation et de formuler les gestes attendus de nos dirigeants. Une fois publiées sous forme d’actes, les recommandations seront transmises aux décideurs publics concernés.

Programmation complète

Café réseautage – 8h45
  • Les participants sont invités à prendre un café en compagnie des membres de leur atelier.
Accueil et mot d'ouverture - 9h
  • Mot de bienvenue par Diane Bérard, chroniqueuse économique à RDI et journaliste de solutions indépendante (maîtresse de cérémonie du forum)
  • Présentation du G15+ et des objectifs du forum par Geneviève Morin, présidente-directrice générale de Fondaction
  • Introduction des ateliers par les leaders du G15+

Ateliers – 9h20

Atelier 1 - De la terre à l'assiette : un système alimentaire plus durable et résilient pour répondre aux besoins de tous

Animé par Colleen Thorpe, directrice générale chez Équiterre et membre du G15+

Au cours de la pandémie, la société québécoise a pris conscience de l’importance d’avoir un système alimentaire plus durable et résilient pour répondre aux besoins alimentaires de tous, et de la nécessité de revoir nos choix individuels et collectifs en matière d’agriculture. 

La combinaison de cette prise de conscience et des nouvelles orientations gouvernementales – notamment en matière d’achat d’aliments québécois, de croissance des serres et d’agriculture durable – crée un contexte favorable à une transformation des pratiques du secteur agroalimentaire et propice à l’émergence de nouveaux projets: agriculture régénératrice, nouvelles technologies de culture intérieure, pratiques agricoles plein champ, revalorisation des nutriments normalement gaspillés, approvisionnement local et sain dans les institutions publiques, etc. Mis ensemble, ces initiatives tracent les contours d’une agriculture québécoise résiliente.

Vers quoi se dirige ou doit se diriger le système alimentaire au Québec pour devenir plus durable et résilient et répondre aux besoins de tous? Quelles sont les pratiques et les technologies qui transforment présentement l’agriculture? Comment mieux favoriser la diffusion de ces choix dans toutes les régions du Québec? Quels sont les freins, les leviers à notre disposition et les gestes attendus des décideurs publics pour mettre en œuvre cette vision?

Panel de présentations (30 min)

  • Marilou Cyr, directrice générale de la Zone Agtech (nouvelles technologies de culture intérieure et d’agriculture plein champ)
  • Frédérique Lavallée et Simon Lafontaine, fondateurs d’Écoboeuf (pratiques en agriculture régénérative)
  • Josée Lavoie, diététiste et cheffe des services d’alimentation du Centre hospitalier universitaire Sainte-Justine (politique d’approvisionnement alimentaire institutionnelle)

Discussion avec les participants (50 min)

Atelier 2 – Des écoquartiers partout et pour tous

Animé par Sylvain Gariépy, président à l’Ordre des urbanistes du Québec et membre du G15+

Depuis le début de la pandémie, la société québécoise a pris conscience de l’importance de milieux de vie favorables à leur santé et à leur épanouissement, et d’avoir des logements adéquats et abordables. En ce sens, bâtir des collectivités viables qui répondent à de multiples besoins socio-économiques et démographiques fait partir des conditions gagnantes d’une relance économique au service de nos communautés. 

Alors que la ministre des Affaires municipales et de l’Habitation a récemment lancé la conversation nationale sur l’urbanisme et l’aménagement des territoires, le contexte actuel est plus que jamais propice à la création de collectivités prospères, inclusives et résilientes et la multiplication des initiatives innovantes: programmes d’écoquartiers et de logements sociaux, décontamination de terrains stratégiques, revitalisation de cœurs de villes et villages, infrastructures naturelles dans nos quartiers et sur nos bâtiments, etc.

Vers quoi se dirige ou doit se diriger le Québec pour bâtir des collectivités viables ? Quelles sont les pratiques et les outils disponibles qui transforment présentement nos collectivités à l’échelle de bâtiments, de quartiers, d’agglomération et de régions? Comment mieux favoriser la diffusion de ces choix dans toutes les régions du Québec? Quels sont les freins, les leviers à notre disposition et les gestes attendus des décideurs publics pour mettre en œuvre cette vision?

Panel de présentations (35 min)

  • Michael Doyon, coordonnateur adjoint au développement de l’habitation communautaire d’Action-Habitation de Québec, et Anne Côté, associée chez Lafond Côté Architectes (Écoquartier d’Estimauville à Québec)
  • Philippe Mercure, directeur du service du développement et des relations avec le milieu à la Ville de Drummondville (requalification et développement du site de l’ancienne Fortissimo)
  • Samuel Descôteaux-Fréchette, coordonnateur général et chargé de projets à L’Arpent, firme d’urbanisme (outils et leviers utilisés par des municipalités)

Discussion avec les participants (45 min)

Atelier 3 – La contribution de la finance à une économie durable

Animé par Diane Bérard, chroniqueuse économique à RDI et journaliste de solutions indépendante

Les phénomènes climatiques extrêmes et les tensions sociales dues aux iniquités et aux inégalités font de plus en plus souvent la une. Une transformation sociale et écologique est devenue inévitable et nécessaire.  Mais pour qu’une véritable transformation de notre économie puisse voir le jour, le Québec devra collectivement diriger l’argent vers des entreprises et des projets qui, en plus d’avoir des retours sur investissement positifs, auront également des impacts économiques, sociaux et environnementaux positifs à court, moyen et long terme. Avec les défis globaux que le Québec vivra au cours des prochaines décennies, l’arrimage entre la finance, la protection de l’environnement et la lutte contre les inégalités sociales est devenu une vraie nécessité pour canaliser efficacement les investissements publics et privés. 

Vers quoi se dirige ou doit se diriger le monde de la finance pour accroître les retombées environnementales et sociales de projets et des innovations à fort impact positif? Comment faire en sorte que les acteurs de la finance accélèrent l’inclusion des retombées sociales et environnementales dans leurs critères d’investissement? Quelles sont les offres et les modèles de financement qui transforment présentement le paysage? Comment mieux favoriser la diffusion de ces choix dans toutes les régions du Québec? Quels sont les freins, les leviers à la disposition des acteurs financiers et les gestes attendus des décideurs publics pour mettre en œuvre cette vision?

Panel de présentations (30 min)

  • Stephan Morency, vice-président et chef de l’investissement chez Fondaction (Société de financement et d’accompagnement en performance énergétique, SOFIAC)
  • Sophie Langlois-Blouin, vice-présidente – performance des opérations chez RECYC-QUÉBEC (Fonds Économie circulaire)
  • Jacques Leclerc, président de la Confédération québécoise des coopératives d’habitation (Fonds Coop Accès Proprio pour faciliter l’accès à la propriété)

    Discussion avec les participants (50 min)

    Atelier 4 – L’importance de la concertation locale et régionale pour un développement socio-économique

    Animé par Caroline Brouillette, analyste politique pour les campagnes nationales et les communautés francophones au Réseau Action Climat Canada

    La pandémie a mis en lumière la nécessité d’accroître la résilience du Québec pour mieux relever les défis économiques, sociaux et environnementaux de notre époque, et pour y arriver, de développer une approche basée sur le dialogue social afin de favoriser la mobilisation et la concertation des acteurs de la société québécoise. 

    L’une des voies prometteuses consiste à favoriser un développement et une diversification socioéconomiques des régions visant la transition juste vers une économie carboneutre et résiliente. Or, c’est en se basant sur les besoins précis des régions, autour de visions et d’objectifs communs et rassembleurs, que le Québec se démarquera. Des initiatives inspirantes de concertation locale et régionale émergent en ce sens et souhaitent non seulement s’inscrire dans le mouvement de la transformation de notre économie, mais surtout l’accélérer. 

    En s’inspirant de ces initiatives, quels espaces de concertation permettraient au Québec d’effectuer la transition juste des entreprises, des travailleurs et des communautés vers une économie carboneutre et résiliente? Quels seraient les contours, la gouvernance, le financement adéquat et la représentation inclusive de ces espaces de concertation? Quels sont les freins, les leviers à notre disposition et les gestes attendus des décideurs publics pour mettre en œuvre cette vision?

    Panel de présentations (30 min)

    • Denis Bolduc, secrétaire général de la Fédération des travailleuses et travailleurs du Québec (proposition du G15+ sur les pôles de concertation)
    • Suzie O’Bomsawin, directrice du Bureau du NDakina, Grand Conseil de la Nation Waban-aki (prise en compte des enjeux territoriaux dans les projets de développement)
    • Éric Desaulniers, directeur général de Fonds locaux de solidarité FTQ
    • Louise Hodder, directrice générale du Pôle d’économie sociale de Laval
    • Olivier Riffon, professeur en éco-conseil à l’Université du Québec à Chicoutimi (Grand dialogue pour la transition socio-écologique)
    • Pauline Robert, directrice générale adjointe du Conseil régional de l’environnement de la Capitale-Nationale (G15+ Capitale-Nationale)
    • Martin Vaillancourt, directeur général du Regroupement national des conseils régionaux de l’environnement du Québec
    • Audrey Murray, présidente de la Commission des partenaires du marché du travail

    Discussion avec les participants (50 min)

    Atelier 5 – Maximiser les impacts socio-économiques et environnementaux liés à l’achat local

    Animé par Nancy Labbé, directrice générale à la Chambre de commerce et d’industrie Nouvelle-Beauce

    La société québécoise a pris conscience de l’importance de soutenir l’achat local comme moteur de la vitalité de nos régions et de nos communautés et d’en maximiser les impacts socio-économiques et environnementaux. L’achat local permet notamment de générer davantage de retombées socio-économiques dans nos régions, de participer au maintien du filet social local, à l’emploi et à la vitalité des territoires, d’attirer et de retenir la main-d’oeuvre et les familles, de rapprocher les consommateurs des lieux de production et de distribution, ainsi que de favoriser la réduction des émissions de gaz à effet de serre. 

    Des occasions de maximisation des impacts socio-économiques et environnementaux de l’achat local voient le jour partout au Québec: réseaux de livraison écologique entre des entreprises et leurs consommateurs, politiques municipales pour favoriser l’émergence d’un écosystème d’entreprises agricoles locales et innovantes, politiques d’investissement d’acteurs publics et privés visant à soutenir l’achat local durable, etc.

    Vers quoi se dirige ou doit se diriger pour maximiser les impacts socio-économiques et environnementaux de l’achat local? Quelles pratiques actuelles agissent comme exemples? Comment mieux favoriser la diffusion de ces choix dans toutes les régions du Québec? Quels en sont les freins, les leviers à notre disposition et les gestes attendus des décideurs publics pour mettre en œuvre cette vision?

    Panel de présentations (30 min)

    • Clément Sabourin, co-fondateur de Courant Plus, et Baptiste Gaertner, coordonnateur de la mobilité durable chez Décathlon Canada (service de livraison écologique)
    • Sébastien Nadeau, maire de la Ville de L’Assomption (politiques et outils municipaux visant à créer une zone d’innovation agricole favorisant la production locale, une consommation locale et des pratiques d’économie circulaire)
    • Jean-Pierre Bédard, président du Regroupement des SDC (réseau de livraison de proximité en véhicule et vélo électrique)

    Discussion avec les participants (50 min)

    Atelier 6 – Des pratiques et des modèles d’affaires innovants au service de la cohésion sociale, de la prospérité et de la qualité de vie pour tous

    Cet atelier est présenté par la Caisse d’économie solidaire, la coopérative financière des entreprises collectives et des citoyens engagés.

    Animé par Béatrice Alain, directrice générale au Chantier de l’économie sociale

    La pandémie a souligné combien le tissu social était important pour notre qualité de vie, en même temps qu’elle a mis en évidence combien certaines inégalités sont profondes et peuvent s’exacerber en période de crise. L’après pandémie doit être l’occasion d’améliorer et d’étendre certaines pratiques, voire repenser certaines façons de faire. 

    Partout au Québec, des initiatives citoyennes, des modèles d’affaires innovants, des engagements d’entreprises et de gouvernements locaux et de nombreux processus de collaboration démontrent qu’il est possible de faire différemment et d’agir dans un souci de solidarité et d’inclusion. L’atelier mettra en lumière ces moyens mis en œuvre dans plusieurs secteurs pour assurer une qualité de vie dans l’ensemble des communautés.

    En quoi ce souci d’inclusion fait-il une différence dans les pratiques actuellement mises en place par des leaders de la société civile? En quoi l’implication de plusieurs parties prenantes (citoyens, municipalités, acteurs financiers, organisations de soutien, etc.) constitue-t-elle un atout? Comment favoriser la diffusion de ces pratiques et modèles d’affaires innovants partout au Québec? Quels sont les freins, les leviers à notre disposition et les gestes attendus des décideurs publics pour mettre en œuvre cette vision?

    Panel de présentations (30 min)

    • André Richard, directeur de Multi-Services Corporation d’aide à domicile (services d’aide à domicile de qualité et accessibles aux aînés)
    • Claude Dorion, directeur général de MCE Conseils (modèle d’affaires de la Coopérative nationale de l’information indépendante – CN2i, au service des médias régionaux)
    • Marc Picard, directeur général de la Caisse d’économie solidaire (pratiques d’affaires flexibles, innovantes et adaptées aux besoins des communautés)

    Discussion avec les participants (50 min)

    Plénière – 11h
    • Rapport de chaque atelier
    • Période d’échanges avec les participants
    Mots de clôture – 11h45
    • Ghislain Picard, Chef de l’Assemblée des Premières Nations du Québec et Labrador
    • Raymond Bachand, ancien ministre du Développement économique, du Tourisme et des Finances du Québec, conseiller stratégique chez Norton Rose Fulbright et président exécutif du conseil de l’Institut du Québec
    • Dre Claudel Pétrin-Desrosiers, médecin résidente, présidente de l’Association québécoise des médecins pour l’environnement (AQME) et co-fondatrice du collectif La Planète s’invite en santé

    Partenaire présentateur

     

    Partenaires majeurs 

    Partenaire d’atelier