Économie

 

Les propositions suivantes visent à compléter les mesures déjà annoncées ou prévues par le gouvernement en matière d’achat local, d’infrastructures numériques et d’encouragement au télétravail, de l’économie sociale, et du soutien des travailleurs et travailleuses dans leur transition vers une économie sobre en carbone et résiliente.

Appui à l’achat local

Accroître les achats de produits et services québécois(1)

  • Adopter une politique d’approvisionnement local des acheteurs publics (État et municipalités)(2), y compris auprès des entreprises d’économie sociale, en remplaçant la règle du plus bas soumissionnaire par une règle permettant de tenir compte du coût total de possession et de critères environnementaux et/ou sociaux ;

  • Introduire une certification « Fabriqué au Québec », à l’image de la certification « Aliments du Québec », accompagnée d’une campagne de communication.

Déploiement des infrastructures numériques et encouragement au télétravail

Soutenir l’accès numérique aux services essentiels et à l’emploi (télétravail)

  • Accélérer le déploiement des investissements promis de 400 M$(3) dans les infrastructures numériques collectives afin de donner accès à internet haute vitesse fiable à tous les Québécois d’ici 2022 ;

  • Appuyer et outiller les employeurs et les fournisseurs de services (de santé, sociaux, alimentaires) particulièrement chez nos PME, dans le déploiement de mesures encourageant le télétravail et les commandes en ligne, notamment par le biais de crédits d’impôt et la diffusion des bonnes pratiques ;

  • Montrer l’exemplarité de l’État québécois en matière de télétravail.

Explication : l’accès à distance et le télétravail sont des mesures de résilience sociale, même en l’absence de pandémie. Dans les secteurs éloignés et pour les personnes à mobilité réduite ou vieillissantes, l’accès numérique est parfois le seul moyen d’obtenir certains services. La pratique du télétravail peut également réduire la pression sur les infrastructures de transport et limiter ainsi le coût pour les finances publiques. Le télétravail mène également à une réduction des coûts pour entreprises et les travailleurs, tout en contribuant à une meilleure offre de conciliation travail-famille.

Appui à une économie plus équitable et durable

Soutenir le développement d’une économie plus équitable et durable

  • Renforcer la contribution des entreprises d’économie sociale à la relance, notamment en bonifiant l’appui aux infrastructures sociales (bâtiments d’OBNL, etc.), en facilitant le développement de nouveaux projets collectifs et en favorisant l’innovation et la formation chez les entreprises d’économie sociale ;

  • Favoriser la recherche et le développement de pratiques novatrices plus durables de réutilisation de matières résiduelles, y inclus par les entreprises sous forme d’OBNL ;

  • Bonifier l’appui aux organismes et entreprises d’économie sociale, en particulier afin d’accroître leur accès aux marchés publics et de proximité.

Explication : les entreprises d’économie sociale permettent une redistribution plus pertinente pour la collectivité et plus équitable des profits des activités économiques. 75 % des entreprises collectives servent un marché local ou régional ce qui, à l’instar des pratiques d’économie circulaire (écoconception, économie de fonctionnalité, économie de partage, reconditionnement, GMR, écologie industrielle),  permettent de réduire l’empreinte carbone et ont le potentiel de créer un cercle vertueux d’un point de vue économique (accroissement du nombre d’emplois et du PIB, développement de marchés, etc.).

Soutien aux travailleurs et travailleuses

Accompagner les travailleurs et travailleuses dans la transition juste vers une économie sobre en carbone et résiliente

  • Déployer des programmes adéquats de soutien du revenu, d’éducation et au renforcement des compétences, de réemploi et de mobilité destinés aux travailleurs et travailleuses pour les aider à transiter vers une économie sobre en carbone et résiliente aux changements climatiques, dans une perspective de diversification économique et industrielle, de requalification et de réduction des inégalités sociales ;

  • Favoriser la création de structures de concertation dans les entreprises et de pôles de concertation régionaux et sectoriels dédiés à la transition énergétique dans les entreprises et les industries(4).

Explication : plusieurs Québécois et Québécoises au chômage devront se former dans un avenir proche car plusieurs ne retrouveront pas leur emploi. Le gouvernement du Québec devra profiter de cette occasion pour soutenir les travailleurs et travailleuses dans leur transition vers des secteurs sobres en carbone et résilients aux changements climatiques. Il devra également porter une attention particulière à toute action qui serait susceptible d’avoir des impacts importants sur les travailleurs, les entreprises, les Peuples Autochtones et les populations vulnérables, dans une perspective de solidarité, de résilience et de réduction des inégalités sociales.

(1) Dans un sondage de 2016 de l’Observatoire de la consommation responsable, 64,2 % des répondants disaient privilégier l’achat local comme critère important de la décision d’achat.

(2) Une étude du Conseil du patronat (2018) souligne l’effet économique positif de façon globale d’une telle politique publique, à la fois sur les revenus des ménages, des entreprises et des paliers gouvernementaux.

(3) Il s’agit d’un engagement pris en campagne électorale et récemment réitéré par le gouvernement.

(4) De telles structures existent parfois déjà. Si tel est le cas, il faudrait capitaliser sur les structures existantes.