Transports

 

En période de crise, la qualité des infrastructures de transports et d’approvisionnement devient cruciale. C’est pourquoi des mesures de soutien et de renforcement des infrastructures de transports des personnes et des marchandises pourraient compléter les mesures annoncées ou déjà déployées.

Accélération des projets d’infrastructures de transport collectif et actif

Accélérer les investissements dans le développement et le maintien des infrastructures de mobilité durable, et misant sur l’électrification

  • Accélérer la réalisation des projets de transport collectif prévus au Plan québécois des infrastructures (PQI) 2020-2030 (d’une valeur de 44 G$) pour qu’ils soient mis en œuvre rapidement, notamment les projets structurants électriques ;

  • Bonifier et accélérer le soutien à l’électrification pour les sociétés de transport ;

  • Investir massivement et rapidement dans le développement des infrastructures de transport actif.

Explication : au sortir de la crise actuelle, nos réseaux de transports collectifs seront plus résilients et moins dépendants des importations de carburants, tout en privilégiant l’achat de matériel et de technologies québécoises. Les investissements dans les transports collectifs créent trois fois plus d’emplois et de retombées économiques au Québec que les investissements dans le secteur routier.

Rénovation des infrastructures routières

Accélérer les investissements dans le maintien des actifs du réseau routier plutôt que dans le développement de la capacité routière.

Explication : un consensus existe au Québec à l’effet que la priorité des nouveaux investissements dans le réseau routier doit être le maintien des actifs plutôt que le développement de la capacité routière, à la fois pour des raisons de saine gestion des finances publiques que de cohérence avec nos objectifs nationaux de mobilité durable. Quelque 51 % des chaussées du réseau routier supérieur sont en mauvais ou en très mauvais état et que le déficit de maintien des actifs des routes à la charge de l’État s’élève actuellement à 18,7 G$ (PQI 2020-2030). De plus, les projets de maintien d’actifs peuvent plus rapidement être mis en œuvre pour une relance économique, sont cohérents avec les objectifs de mobilité durable et ne créent pas d’obligations financières à venir(1).

Soutien au transport de marchandises

Soutenir massivement l’électrification et l’intermodalité du transport de marchandises

  • Bonifier substantiellement et accélérer la mise en œuvre des mesures de soutien à l’électrification des flottes de véhicules de marchandises (tout type de véhicule), y compris les infrastructures de recharge et la formation de la main-d’œuvre ;

  • Soutenir les initiatives de circuits courts de livraison fonctionnant à l’électricité ou sur la base de transports alternatifs ;

  • Déployer une stratégie marchandises axée sur l’intermodalité visant autant la réduction des déplacements à vide, l’optimisation des trajets, le transfert modal vers le ferroviaire et le maritime ainsi que la maximisation des tonnes-km parcourues à faible/zéro émissions.

Explication : en plus d’améliorer la balance commerciale énergétique du Québec, ces mesures occasionneraient des retombées importantes tout le long de la chaîne de valeur de l’électrification des transports au Québec, en particulier celle reliée aux véhicules moyens et lourds. Le développement de circuits courts de livraison sans pétrole est également de nature à réduire les coûts de transport, les pertes économiques liées à la congestion et l’atténuation de l’impact de la pénurie de main-d’œuvre dans le secteur du camionnage.

Renforcement de grappes technologiques propres et innovantes

Soutenir l’écosystème d’entreprises québécoises des technologies propres et innovantes, notamment en électrification des transports.

  • Positionner les acheteurs publics (État et municipalités) comme clients exemplaires en favorisant l’électrification rapide de ses propres flottes de véhicules ;
  • Adapter les règles d’approvisionnement public afin de permettre l’attribution de contrats et l’achat local massif de véhicules électriques québécois et de technologies québécoises dans le domaine des transports électriques et intelligents ;
  • Bonifier et accélérer les investissements en R&D afin de favoriser l’innovation, le démarrage et l’exportation, et ce dans une optique de maximisation de la commercialisation de ces technologies et produits propres et innovants ;
  • Soutenir financièrement les marchés publics afin qu’ils servent de bancs d’essai et de vitrines technologiques pour les innovations vertes du Québec, favorisant la commercialisation à grande échelle de plusieurs de ces technologies ;
  • Exiger des entreprises industrielles et manufacturières bénéficiant de contributions gouvernementales (Investissement Québec par exemple) qu’elles entreprennent les démarches afin d’identifier et d’adopter des technologies propres québécoises visant à améliorer leur compétitivité et leur bilan environnemental et carbone.

Explication : nos entreprises de technologies propres et innovantes devront être soutenues pour contribuer à la relance économique du Québec. Le gouvernement du Québec possède un rôle stratégique crucial pour orienter les investissements vers ces créneaux d’avenir. Dans ce domaine, l’électrification des transports est un créneau porteur des technologies propres et innovantes pour l’économie québécoise et identifié comme une priorité de la future Politique-cadre d’électrification et de lutte contre les changements climatiques.

(1) Le plan de relance de la crise financière et économique de 2008 avait au contraire résulté en un bar ouvert (plus de 1 G$/année pendant 4 ans) dans le développement de la capacité routière, générant de nouvelles infrastructures dont l’entretien pèsera sur les finances publiques pour les décennies à venir.